Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Donneurs de Sang Benevoles Sans Frontieres
  • : Pour partage de témoignages de donneurs, de transfusés, d'opérés et de greffés, de militants associatifs en faveur du don de sang bénévole pratiqués dans de très nombreux pays. Et infos brêves.
  • Contact

Le don de sang bénévole concerne chacun d'entre nous et il n'y a pas de frontières entre donneurs et receveurs de produit sanguin. Chaque donneur peut ainsi, grâce à son geste, contribuer à sauver des vies.

Rappelons que le don de sang est anomyme, gratuit et volontaire. C'est une noble action qui unit dans un même but tous les donneurs, quelque soit leur nationalité, leur race ou leur religion.

Ainsi, c'est pour permettre aux donneurs, aux malades, greffés et accidentés ayant eu besoin d'une transfusion sanguine, aux militants du don de sang bénévole et à toute personne sympathisante de se rapprocher et de communiquer, que l'Association pour le Don de Sang Bénévole d'Entzheim (en sigle ADSBE) [67 - Alsace France] a souhaité mettre à disposition ce Blog OUVERT A TOUS en complément de son site Internet :
www.adsb-entzheim.asso.fr 

D'où que vous soyez dans le monde, merci de nous poster sans attendre vos commentaires, de nous faire part de vos expériences, d'une information,conseils et pensées...

Pour cela, rien de plus simple, choississez le thème qui vous intéresse 
et exprimez vous.

                         A vous la parole !

 images_don_sang.jpg
 

English version

Recherche

Zéro carbone

un arbre grâce au petit geste écolo de mon blo

2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 23:31

 

Semino-Rossi-appelle-au-don-du-sang.jpg

 

Sauve des vies > > Donne du sang

Sémino Rossi en avant avec un bon exemple

 

Un modèle ! Le célèbre chanteur (51 ans) s'est laissé convaincre et a donné ce qu'il a de mieux : son sang !

 

> Un exemple que nous devrions tous suivre car faire un don de sang peut sauver des vies <

 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 11:28

En plein temps des Fêtes, qui est synonyme de partage, un homme d'Edmonton vient de signer son 1101e don de sang, ce qui constitue un record de tous les temps au Canada.

 

Donner son sang est un geste de routine pour Ed Barrah. En 53 ans, l'homme aujourd'hui âgé de 70 ans a fait plus de 1100 dons de sang, plaquettes et plasma sanguin.

 

« Le plus grand cadeau que vous puissiez faire est de donner du sang », croit-il.

 

Plusieurs membres de sa famille ont déjà eu besoin de sang, mais c'est de voir guérir de jeunes enfants ou des patients atteints du cancer qui le motive. « C'est gratifiant de voir ces gens et de voir que nous sommes capables de faire une différence », explique Ed Barrah.

 

Pour lui, ce geste de donner n'a pas perdu sa signification au fil des ans. « Je me suis levé tellement excité à l'idée de venir ici!, raconte-t-il. Je sais que quelqu'un, quelque part, va avoir besoin de mon sang dans le temps des Fêtes ».

 

Il espère inspirer désormais d'autres gens pour les amener à faire comme lui, car Ed ne rajeunit pas, et plutôt que de donner, il sait qu'il aura peut-être besoin de recevoir, un jour.

 

        

 Record de dons de sang, plaquettes et plasma pour un homme d'Edmonton 

 

De son côté, la Société canadienne du sang est toujours à la recherche de donneurs. Elle a surtout besoin actuellement de sang de type O négatif, le sang du donneur universel. Les plaquettes et le plasma sanguin sont aussi très recherchés.

« C'est vraiment un don de soi », estime la porte-parole de la Société canadienne du sang, Deb Steele-Kretschmer.

 

(Source : ICI Radio Canada 24 décembre 2013 : Le reportage de Julie Plourde

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 23:24

 

Salut,


Ce matin, il y avait dans ma société une collecte du sang (ils viennent régulièrement).


Je trouve que c'est une bonne initiative car on a toujours tendance à se dire "il faudra que je le fasse un jour" mais sans vraiment concrétiser.


Je profite de l'occasion pour faire un peu de pub pour le don du sang.

 

Allez-y ! Ca fait peur ? Ca te bousille ta journée ? Mais c'est utile car çà peut sauver des vies humaines !

 

 Un donneur en entreprise 

 

bien-sur-on-donne.jpg

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 13:53

 

A COLMAR, Christian a donné 500 dons du sang en 40 ans

 

La première fois, il a donné son sang contraint. C’était en 1974, Christian Menou était bidasse au 152è régiment d’infanterie à Colmar. Depuis, il en a rempli des poches. 325 litres en 39 ans ! Et du groupe A + en plus, le plus utilisé avec le 0 +. Certains donnent des conférences, d’autres du fil à retordre, l’homme de Grussenheim donne du sang. Sang, plasma, plaquettes, dans le Christian, tout est bon. Même s’il se voit davantage en fournisseur de plasma. On peut donner son sang tous les deux mois, le plasma tous les 15 jours, les plaquettes une fois par mois. Et Christian, le don dans le sang, s’y tient scrupuleusement.

À l’établissement du sang à Colmar (EFS), il est un peu chez lui. « On sait quel programme mettre à la télé pendant le prélèvement, avoue Muriel l’infirmière, quelle boisson lui servir… » Parce qu’on est bien reçu à l’EFS. Lui sait quel bras présenter à la seringue, suivant l’infirmière qui va le piquer.

« On doit même parfois le tempérer »

Christian vient tous les 15 jours, tutoie le docteur Forny, responsable départemental des prélèvements, envoie des cartes postales… On l’a déjà vu offrir 450 millilitres de sang ou 650 de plasma un 24 ou un 31 décembre.

À l’EFS, il est le « donneur idéal », celui qu’on n’a pas besoin de relancer : « On doit même parfois le tempérer », confie le docteur Forny. « Chaque année, je regarde mon calendrier et je coche le jeudi, tous les 15 jours », explique le fidèle. Le jeudi, c’était avant, du temps où il était boulanger, son jour de liberté. Aujourd’hui, à 60 ans, quand il ne livre pas ses globules, Christian livre les journaux à 4 h du matin.

500 dons, le besoin quotidien en Alsace

Pour son 500e don hier, Christian a reçu un panier garni. De quoi reconstituer le stock de globules. Il est champion d’Alsace de la discipline en activité, une dizaine d’Alsaciens ayant dépassé les 400 dons. Un Bas-Rhinois pointe à 534 dons mais est retiré des affaires. Christian montre ses veines en moyenne deux fois par mois alors que le donneur moyen en Alsace vient deux fois par an.

Combien de temps va-t-il maintenir ce rythme ? « Tant que ma santé me le permettra », dit-il. C’est donc la barrière légale des 71 ans qui provoquera sans doute le tarissement de la source de Grussenheim. Il refuse le titre de « champion » et ne voit rien d’exceptionnel dans le déversement de ses centaines de litres et sa régularité de goutte à goutte. C’est la modestie du champion.

L’Alsace championne de France mais…

Ses 500 dons représentent la consommation journalière en Alsace, région qui affiche la proportion de donneurs la plus importante de France mais en proie à un tassement des dons : « On le ressent depuis l’été, détaille Liliane Schuhmacher, présidente de l’union des donneurs de sang du Haut-Rhin, c’est notamment dû au repli sur soi dans une période de sinistrose ambiante ».

L’Alsace a besoin de 600 donneurs chaque jour. Christian appelle à la mobilisation générale : « Si tous ceux qui se disent prêts à donner venaient ne serait-ce qu’une fois par an, ce serait déjà bien ! » Il viendra encore deux fois avant la fin de l’année.

 

par Ph.M. publié dans les DNA du 22/11/2013

 

  500-e-don-pour-christian-entoure-de-muriel--a-gauc-copie-1.jpg  

500 e don pour Christian, entouré de Muriel (à gauche), le docteur Forny et Liliane Schuhmacher.  

PHOTO DNA – LAURENT HABERSETZER

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 22:18

 «L'âge limite»

civisme

 

Trois jours avant son 71e anniversaire et l’âge limite pour donner son sang, Colette vient d’accomplir son dernier geste citoyen. «Je donne du sang depuis mes 19 ans».

 

Des consignes que connaît par cœur Colette. Demain, Colette fêtera son 71e anniversaire. Et si elle affiche son âge, c’est presque par dépit ou plutôt par regret. «71 ans c’est l’âge limite pour donner son sang. Voilà pourquoi je suis venue trois jours avant mon anniversaire».

 

Derrière elle, quand elle remonte le temps et son histoire personnelle, 52 ans de bénévolat, 52 ans d’adhésion à cette cause noble et 52 ans d’actes citoyens. «Puisque je n’ai aucun souci de santé» note Colette qui a vécu dans beaucoup de pays étrangers «dont 15 ans en Algérie et Tunisie où la collecte n’était pas possible

Désormais c’est presque en militante qu’elle parle du don du sang. «Une collecte c’est très sérieux.»

 

Des médecins, trois infirmières, une secrétaire. «La collecte débute par un questionnaire, les réponses aux questions posées sont obligatoires. Les informations recueillies sont confidentielles et soumises au secret médical. Le questionnaire est d’ailleurs détruit après le don.»

Ce n’est qu’après le passage devant le médecin que votre participation au don sera validée ou pas. «Déjà, pour participer il faut avoir plus de 18 ans et donc moins de 71 ans !»

 

Le moment de la collation, après le don, participe à la convivialité, à l’échange et ajoute de l’humour et du partage au geste lui-même. «Bien sûr, en cas de malaise, il y a le repos nécessaire et une période d’observation.» Sécurité, transparence : des mots essentiels que Colette reprend à son compte.

Colette, 71 ans, vient de donner du sang pour la dernière fois./Photo PB M.C

 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 00:00

Quand j´ai accouché, j´ai reçu 3 poches de sang. Ce qui m´a sauvé la vie et me permet de voir grandir mes merveilleux jumeaux qui ont maintenant 10 ans.

 

S´il n´y avait pas eu de donneur, le pire serait arrivé. Depuis ce jour, j´ai toujours pensé "rendre" ce beau cadeau.

 

Quand ma meilleure amie m´a dit qu´elle donnait, avec son mari, depuis quelques années, ce fut pour moi le déclic et l´occasion d´aller me rendre compte sur place.

 

Depuis, je donne du sang et du plasma régulièrement. Le personnel est super sympa, les autres donneurs aussi.

 

C´est l´occasion d´y aller à plusieurs et à chaque fois, c´est le même sentiment de se sentir "utile".

 

AMOUR2        N´hésitez pas à le faire !

 

                    Danielle

 

 

(Témoignage publié sur le site de la Croix Rouge de Belgique où les causes d'ajournement au don sont quelque peu différentes > cliquer sur "voir le commentaire" svp)

  

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 23:15

Aujourd'hui 12 mai 2012, j'ai donné mon sang pour la première fois.

 

 J'ai 19 ans et je trouve ça formidable de pouvoir aider des personnes avec un geste ausssi simple et contrairement aux idées reçues, cela ne fait aucunement mal !

 

De plus, le personnel médical est très sympathique.

 

Je suis ravi de faire cela et continuerai à le faire tant que je le pourrai !!!

 

Marino Davide

 

(Témoignage publié sur le site de la Croix Rouge de Belgique)

 

photo_donneur

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 20:53

(Publié avec l'aimable autorisation de l'ADSB de Givet dans les Ardennes)

 

Ludovic Malvoisin 19 ans : prochaine figure de proue pour défendre la cause du don du sang.

 

Les alentours de Givet abritent quelques « cas » notoires en la matière. Si le plus fameux reste Marcel Noël, plus de 270 dons du sang au compteur à 68 printemps, la jeune génération n'est pas en reste. L'Amicale des donneurs Givet, qui en 2011 a recensé 63 nouveaux donneurs et des dons en hausse de 20 %, a trouvé sa prochaine figure de proue pour défendre la cause du don du sang : Ludovic Malvoisin, 19 ans.

Domicilié à Rencennes, ce lycéen s'est fait piquer à huit reprises en 2011 pour la bonne cause. Soit le maximum autorisé ou presque pour respecter les intervalles. Rappelons que ceux-ci oscillent entre deux semaines et deux mois selon que le prélèvement concerne du sang ou du plasma. Le jeune homme, l'an dernier, a fait moitié-moitié.

 

Promesse tenue
Il explique : «Le sang, ça prend dix minutes. Le plasma, c'est plus long car une fois que le sang est prélevé, le plasma, ce liquide jaunâtre, est extrait avant que le sang sans plasma ne nous soit à nouveau injecté. En fait, on reste une heure avec l'aiguille dans le bras».

 Le don du sang, Ludovic est tombé dedans «à cause d'un héritage de la famille, mon grand frère donnait depuis ses 22 ans. Je lui avais promis de le faire au moins une fois. Légalement, on peut donner à 18 ans et un jour, je m'y suis mis deux mois après ma majorité».

 Depuis, son agenda en la matière semble consciencieusement tenu : «Le prochain don se fera le 17 février. Ensuite, ce sera pour du plasma, le 24 mars, à Aubrives».

Comment explique-t-il son assiduité, étonnante de précocité au regard de l'âge moyen des donneurs, majoritairement situés dans la tranche des 35-50 ans ? «Ça m'a plu d'aider mon prochain, ça donne bonne conscience. Et mes parents sont fiers de moi, de ma bonne volonté».

«Pour son âge, c'est énorme, un cas exceptionnel», s'enthousiasme Pierre Cucco, Président de l'Amicale des donneurs de Givet.

À son lycée, Ludovic, qui passe au printemps 2012 le baccalauréat dans la filière économique et sociale, aurait tendance à se transformer en infatigable militant, tannant ses amis pour qu'ils s'y mettent aussi.

«J'en ai convaincu quelques-uns. Pour les autres, je reviens parfois avec mes questions, s'ils ont peur de l'aiguille, etc. D'ailleurs, si dans votre article vous pouvez mettre un mot pour tenter de les convaincre». Voilà, c'est fait.

 

Ludovic-Malvoisin-ADSB-de-Givet.jpg
 
Partager cet article
Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 23:25

TÉMOIGNAGE

Éric Lefebvre donne son sang depuis ses 18 ans. Il vient d'effectuer son centième don. Un geste gratuit, qui a sauvé la vie de sa fille. Une collecte est organisée aujourd'hui. L'occasion de se rendre utile, de 18 à 70 ans.



« Mon père donnait régulièrement son sang. Une fois majeur, j'ai suivi l'exemple. »

Éric Lefebvre est donneur depuis sa majorité. Il y a quelques jours, il s'est rendu au complexe Léo-Lagrange et a effectué son centième don. Ce père de famille de 36 ans s'y rend en moyenne cinq fois par an, et fait un don de plasma par plasmaphérèse tous les quinze jours.
« C'est un acte totalement gratuit, qui peut sauver des vies. La preuve, ça m'est arrivé », poursuit-il. Éric est père de deux enfants. Le premier, Rémi, est âgé de huit ans. La seconde est âgée de trois ans et s'appelle Léa.



 Une raison de plus pour donner son sang

La petite fille est atteinte d'une maladie génétique rare depuis sa naissance. Ce qui l'oblige à suivre un régime alimentaire strict, sans protéine. Elle est suivie par un professeur à l'hôpital Jeanne-de-Flandres, à Lille.

Le 17 juin, une tumeur est décelée dans l'un de ses reins. Le médecin lui prescrit alors quatre séances de chimiothérapie. « C'était très difficile à accepter, pour elle comme pour nous », confie Delphine, la maman. Les parents n'ont rien caché aux enfants et leur ont expliqué la situation avec des mots simples.
« Les premières séances de chimio ont été très intenses et fatigantes », explique avec émotion le papa. Amaigrie et affaiblie par le traitement, Léa a reçu une première poche de sang. « Après la transfusion, elle a repris des forces. Une raison de plus de donner mon sang » , ajoute Éric.

À la fin du mois de juillet, l'enfant a été opérée du rein. « Son physique a changé, explique Éric. Elle a beaucoup maigri et a perdu ses cheveux. » Pour la famille Lefebvre, le combat n'est pas encore terminé. Sept mois de chimiothérapie et de rayons attendent la petite fille. « Léa n'est pas à l'abri d'une autre transfusion.

 

J'espère que mon témoignage encouragera les gens à devenir donneurs. De 18 à 70 ans.

Pour un premier don, se munir d'une pièce d'identité. Ne pas se présenter à jeun.

 

Éric, ici avec son fils Rémi, témoigne pour encourager le don.


Éric, ici avec son fils Rémi, témoigne pour encourager le don.

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 22:30

 

 Trois questions à...

Mylene Laborne, 48 ans, Ploemeuroise et donneuse régulière

 

Depuis quand donnez-vous votre sang ?

Je donne mon sang depuis 2004. C'est ma soeur qui est bénévole auprès de l'Etablissement Français du Sang qui m'a convaincu de l'importance du don.

Depuis, j'essaie de donner mon sang à chaque collecte à Ploemeur. Je vais également une fois par mois au centre hospitalier de Bretagne Sud pour le don de plasma.

 

Pourquoi faites-vous tous ces dons ?

Je trouve que c'est une démarche civique. Cela permet de sauver des vies ou à certains malades d'aller mieux.

Moi, ça ne me coûte rien et donner une heure de mon temps, ce n'est vraiment pas un problème.

En plus, cela permet d'avoir un suivi médical régulier car si l'équipe détecte une anomalie quelconque, comme une anémie, on est averti.

 

Comment se déroule concrètement une séancede don ?

Finalement, c'est un geste vraiment simple. On doit d'abord remplir un questionnaire, en tout anonymat. Ensuite, on a un entretien confidentiel avec un docteur qui évalue notre état de santé. Quand on a fait cette démarche, on est accueilli sur le fauteuil, par une infirmière, pour le prélèvement.

Le prélèvement dure 10 minutes; pour le plasma, c'est un peu plus long, environ une heure.

Et, pour finir, l'équipe de bénévoles nous sert une collation pour récupérer, pour se réhydrater.

J'apprécie ce moment car on reçoit toujours un accueil très chaleureux.

On y retrouve aussi les habitués avec qui on échange.

 

 

 

(Source : Journal Ouest France  Edition Bretagne/Lorient/Ploemeur du 12 août 2011)

 

Partager cet article
Repost0